header

Séisme

Bandeau_Web_Seisme_1920x1080

« Tremblements de peur »

25 janvier 1946. 18 h 32. Un grondement qui semble venir des profondeurs de la terre ébranle le Valais. Le choc est terrible. De Brigue à Saint-Gingolph, on signale des dégâts. Rarement, un événement n’a eu une telle dimension collective dans notre canton. Est-ce l’arme atomique ? Non! C'est un tremblement de terre, l’un des plus forts que la Suisse ait connu. Face à la catastrophe, les réactions de la population valaisanne nous apprennent bien des choses sur le poids de la religion, l’influence des experts et la manière d’aider les sinistrés à cette époque. L'historien de Chermignon Martin Bagnoud a fait de cet événement le sujet de son travail de master à l'Université de Fribourg, il transmet les résultats de sa recherche au fil de plusieurs articles mis en ligne au fil des semaines:


Introduction – Séisme du 25 janvier 1946: une recherche historique pour comprendre la catastrophe

Chapitre 1 – Le Valais, une terre fortement exposée aux risques sismiques

Chapitre 2 – Dégâts importants et bataille de chiffres

Chapitre 3 – Panique, confusion, angoisse et croyances

Chapitre 4 – Réplique de la peur, peur de la réplique

Chapitre 5 – Les mesures d’aide se multiplient, mais ne suffisent pas

Conclusion – Une société de la sécurité


Ils se souviennent:
témoignages d'Oscar Mudry, Monique Mittaz, Véronique Musy, Louisa Bonvin, Marie Bagnoud et Yves Naoux. 


Glissement des mentalités et nouvelles perceptions du monde

Dans son mémoire de master, soutenu en février 2023 à l’Université de Fribourg, Martin Bagnoud propose une recherche originale, qui utilise le tremblement de terre de 1946 comme un révélateur. Comment un tel phénomène naturel devient-il une «catastrophe»? Que nous apprend cette catastrophe, la manière dont elle fut vécue, racontée et gérée, sur le Valais de 1946? Cette étude s’inscrit dans la lignée de «l’histoire culturelle de la perception des risques», pour citer l’historien François Walter. Elle combine une histoire des représentations, par lesquelles les individus donnent du sens à ce type d’événement, avec une histoire plus politique, qui analyse les réponses apportées par les autorités et d’autres acteurs sociaux.

Pour conduire cette recherche, l’auteur s’est appuyé sur une analyse fouillée de la presse valaisanne, complétée par d’autres publications et archives. Car la presse ne joue pas seulement un rôle d’information. Elle contribue à la mise en forme de l’événement, présenté selon un schéma narratif récurrent. Surtout, elle présente et privilégie telle ou telle lecture de la catastrophe. Dans quelle mesure la tradition providentialiste, attribuant le malheur à une punition divine et appelant les fidèles à la pénitence, recule-t-elle au profit d’une approche scientifique du phénomène? La frontière est-elle si tranchée entre le discours religieux et le discours des experts ? Quels savoirs sur les séismes sont vulgarisés par les journaux? Les intéressantes analyses proposées par Martin Bagnoud révèlent le glissement des mentalités valaisannes de l’époque vers de nouvelles perceptions du monde.

Quant à l’organisation des secours, l’auteur repère une certaine improvisation des autorités, il souligne l’importance du secteur privé, la prudence des compagnies d’assurances et les prémisses d’une politique de prévention. Ces éléments font écho à des préoccupations très contemporaines, non seulement face au prochain séisme dans notre canton, mais face aux transformations profondes de son environnement qui entraînent des risques majeurs.

 

Anne-Françoise Praz,
professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Fribourg

Exposition à voir dès le 20 février 2024


Les recherches historiques de Martin Bagnoud font d'autre part l'objet d'une exposition conçue par la Commune de Crans-Montana avec la Bibliothèque. À voir du 20 février au 20 avril 2024 à la Bibliothèque de Crans-Montana, puis en juin à l'EMS Le Christ-Roi et au Centre scolaire intercommunal de Crans-Montana, avec un passage en été dans les Jardins d'Ycoor.