19.07.2022Speedworking: porte ouverte vers un avenir professionnel

speedworking_lisa_mazzeo-marielle_clivaz

La première édition du Speedworking en janvier 2022 a mis en contact élèves du Centre scolaire de Crans-Montana et des entreprises du lieu. Nous avions rencontré à ce moment-là Lisa Mazzeo, qui témoignait de son enthousiasme d’avoir pu décrocher grâce à cela des stages. La prochaine édition sera organisée en novembre de cette année.

 

Une dizaine de minutes en tête à tête, et voilà qu’un avenir professionnel peut se profiler à l’horizon! «Grâce au Speedworking, j’ai décroché trois stages dans des entreprises différentes, se réjouissait Lisa Mazzeo quelques jours après avoir vécu l’expérience. Cette année, je refais ma 11CO et je ne sais toujours pas vers quel métier je vais me diriger. S’il n’y avait pas eu ce Speedworking en janvier, je ne crois pas que j’aurais effectué les démarches pour trouver des places de stage... Pour beaucoup de jeunes de mon âge, la sortie de l’école obligatoire est un stress, nous sommes nombreux à n’avoir aucune idée de ce qu’on fera par la suite ! C’est pour ça que j’ai refait ma 3e année de CO, je suis certaine que ce n’est pas une année de perdue.» Des places de stage, les jeunes n’en trouvent pas beaucoup, et ils ne pensent pas forcément à chercher tout près, sur le territoire des communes du Haut-Plateau. Un coup de pouce est donc le bienvenu: c’est ce qu’a fait la commission Formation professionnelle de la Commune de Crans-Montana. En organisant une rencontre sous la forme d’un Speedworking entre écoliers et entreprises, elle a voulu aider les jeunes dans la transition entre école obligatoire et formation professionnelle.

 

Trois jours de stage

Lisa Mazzeo a donc accompli trois stages au terme du Speedworking: dans deux boutiques de vêtements (La Frileuse et Rebel) et un hôtel (Crans-Ambassador). «C’était la première fois que je faisais un stage de plusieurs jours», faisait-elle remarquer. «À La Frileuse, j’ai beaucoup aimé participer au déballage des articles, au contrôle des stocks, il a fallu ensuite garnir les rayons. Et j’ai eu la chance de participer à la discussion avec un représentant venu présenter la collection de l’hiver prochain ! Ce stage m’a beaucoup intéressée. J’aime le monde de la mode, le conseil à la clientèle.»

 

Les notes, toujours les notes!

Plus la fin de la scolarité obligatoire approche, plus la pression monte. Enseignants (et parents) insistent sur l’importance des bonnes notes: pas toujours facile pour ceux qui sont à la limite! «L’importance des notes à l’école est énorme, pour faire des études comme pour un apprentissage», soupirait Lisa Mazzeo. Est-ce vraiment correct? Qui sait si quelqu’un au cycle d’orientation qui n’a pas de très bonnes notes ne fera pas un excellent apprenti, se demandait la jeune fille. «Mon bulletin de notes m’a fermé les portes de l’ECCG où je souhaitais m’inscrire. C’est dommage. On travaille à l’école pour les notes et pas vraiment pour apprendre…» Marielle Clivaz, conseillère communale et propriétaire des boutiques La Frileuse confirme: «C’est vrai que dans la plupart des entreprises, entre deux jeunes qui se présentent pour un apprentissage, celui qui a le meilleur bulletin sera souvent préféré.»

 

Oser faire des stages

Pour découvrir le monde professionnel, pour se faire une idée des métiers qui nous intéressent, et peut-être aussi pour se motiver en fin de scolarité obligatoire, les stages en entreprises sont donc très utiles. «À 15 ans, choisir un métier et une place d’apprentissage, c’est difficile», témoignait Lisa Mazzeo. Son conseil à la nouvelle volée qui va sortir de l’école: «J’encourage les jeunes de mon âge à chercher des stages: il faut oser se lancer!»

La première édition du Speedworking en janvier 2022 a mis en contact des élèves du Centre scolaire de Crans-Montana et des entreprises du lieu. C’est la commission Formation professionnelle de la Commune de Crans-Montana qui est à l’origine de ce Speedworking. Déjà, on sait qu’une seconde édition sera organisée, car le succès a été à la hauteur des attentes, selon la conseillère communale Marielle Clivaz. Les jeunes comme les entreprises venus se présenter ont été convaincus de l’utilité de cette démarche. Le rendez-vous en novembre 2022 est déjà pris!