13.06.2020Les comptes 2019 sont bons. L'assemblée primaire aura lieu le 31 août

image tampon ccm

Depuis la naissance de la nouvelle Commune au 1er janvier 2017, l’exercice comptable 2019 est le premier à étayer, avec le plus d’exactitude possible, la réalité des rentrées fiscales. Et le résultat est bon, même très bon. L’endettement net par habitant est nul, il s’agit en fait d’une fortune nette par habitant (1139 francs).

 

Responsable des finances, Yohann Priori décrit cela avec une image: «Imaginez que la Commune soit une société anonyme qui aurait fermé fin 2019. Chaque actionnaire aurait ainsi perçu un dividende final de 1139 francs.» Les citoyens de Crans-Montana peuvent se réjouir de la parfaite santé financière de leur Commune.

Sereins face aux défis à venir

Après la fusion, la jeune Commune de Crans-Montana a commencé son existence avec une dot versée par l’État du Valais (5 millions de francs). Cette aide a permis de couvrir l’ensemble des frais de départ et d’atteindre l’autonomie opérationnelle et financière. Dès sa première année, elle a réalisé de bons résultats. Près d’un quart des emprunts a pu être remboursé (11,2 millions de francs depuis 2017). «Notre administration est fière de le dire: l’argent public est bien géré et dépensé avec prudence, indique Yohann Priori. Nous travaillons de manière rationnelle, notre plan quadriennal s’affine d’année en année.» La Commune peut sans crainte envisager des investissements d’envergure, comme par exemple le projet Barzettes 2025 et celui de la Lienne - Raspille. «Nous pouvons nous permettre d’emprunter avec une quiétude calculée et relever les grands défis qui attendent la Commune de Crans-Montana à l’avenir.»

En 2019, les investissements bruts ont été de 22,8 millions de francs. Citons quelques projets importants: la deuxième phase de la rénovation du bâtiment communal, l’aménagement de l’avenue de la Gare, les travaux au centre de Montana (encore en cours), la place de la Poste, la rénovation et l’entretien du réseau routier (4,7 millions en 2019), la rénovation du réseau d’eau potable et de celui destiné à l’irrigation, l’achat des locaux pour le pôle Est du Centre médical intercommunal, une seconde parcelle aux Barzettes. 

Ces dépenses correspondent au budget voté par les citoyens réunis en assemblée primaire. Toutefois, des investissements prévus n’ont pas pu être réalisés: «C’est le cas du rehaussement de la digue du lac de Chermignon pour 3 mios, note Yvan Rion, conseiller communal en charge des finances. Et c’est notre  grand regret. L’eau est notre or bleu. Ce projet est toujours bloqué par des oppositions et des recours individuels.»

Autre report, d’un montant de 3 millions de francs: la rénovation et l’agrandissement de l’EMS intercommunal Le Christ-Roi (notre Commune en est propriétaire à 70%).

D’une année à l’autre, la marge d’autofinancement se maintient (20 millions en 2019). Ainsi, la Commune n’a pas dû recourir à l’emprunt. Les charges (y compris les amortissements) ont été l’an passé de 80,1 millions, tandis que les revenus s’élevaient à  85,7 millions. À quoi attribuer ces bons chiffres? À la gestion efficiente par l’Administration communale d’une part, mais aussi et surtout à la bonne santé de l’économie. Ajoutons les droits de mutation et, dans une moindre mesure, aux gains immobiliers: 2019 est donc au final un grand cru!

Et demain?

Et puis est arrivé le 16 mars 2020... « Tout de suite, indiquent Yvan Rion et Yohann Priori, nous avons anticipé les conséquences de la fermeture des commerces et établissements publics, notamment sur le fait que les rentrées fiscales vont diminuer; elles ont déjà été provisionnées à la baisse pour 2019. Heureusement, notre Commune dispose d’une assise financière solide qui lui permet de faire face aux conséquences de cette pandémie.» Si certains craignent une hausse des impôts après cette crise, qu’ils se rassurent: ce n’est pas d’actualité.

Yvan Rion conclut: «Notre volonté est de soutenir notre économie locale et touristique en particulier, de favoriser une reprise des affaires, avec un soutien en faveur des acteurs économiques de notre région, de nos contribuables et de nos hôtes.»