11.07.2022Les Communes de Fiesch et de Crans-Montana se lient d'amitié

Fiesch_village

Ce 17 juillet 2022, les autorités de deux communes – l’une du Valais germanophone, l’autre du Valais francophone – ont scellé leur engagement à tisser des liens entre leurs populations, par-delà la frontière des langues: le pacte d’amitié entre Fiesch et Crans-Montana est fêté officiellement lors du 37e Festival valaisan de cors des Alpes et lanceurs de drapeaux.

 

«Le postulat de Stéphane Ganzer devant le Grand Conseil valaisan a été une excellente initiative: merci à notre voisin de Noble-Contrée d’avoir amené devant le Parlement cette suggestion de créer des pactes d’amitié pour rapprocher des communes des deux parties du canton. Et peut-on trouver moment plus propice que ce festival de cors des Alpes pour officialiser cette nouvelle amitié? Cet instrument a permis à nos ancêtres de s’envoyer des messages musicaux d’une vallée à l’autre. Ce pacte d’amitié doit nous aider à mieux communiquer entre gens du Valais francophones et du Valais germanophone, à mieux nous connaître», souligne le président de Crans-Montana Nicolas Féraud.

Mais qui sont nos nouveaux amis de Fiesch?

 

Fiesch, cœur du Haut-Valais

Fiesch et Crans-Montana, des deux stations qui partagent une identité touristique très forte, ainsi que le souligne le président Bruno Margelisch: «Nos deux communes jouissent d’un cadre naturel unique, avec la proximité des glaciers, des alpages et des forêts. Nous avons une grande tradition hôtelière, des domaines skiables exceptionnels et une saison estivale où les balades se renouvellent sans cesse, que ce soit à pied ou à vélo!»

 

Whymper et Churchill

Premier atout de Fiesch: sa qualité hôtelière. «Tout a commencé au XIXe siècle, raconte Bruno Margelisch. Le célèbre Hôtel du Glacier date même de 1844. On a vu alors y débarquer les touristes et les alpinistes anglais. Plus haut, vers le glacier d’Aletsch, à la Villa Cassel, des gens comme Edward Whymper, le 1er vainqueur du Cervin, ou Winston Churchill avaient leurs habitudes.»

À l’époque, on est bien loin du réchauffement climatique, le glacier descend jusqu’en plaine, et Fiesch fait commerce de la glace, vendue de Berne à Paris. Une activité à grande échelle qui a fortement contribué au développement du village.

Aujourd’hui, la commune doit se mesurer au même type de problèmes que Crans-Montana: les 950 habitants gèrent en effet 4500 lits à la haute saison. «C’est le cœur de notre économie, explique le président. Mais cela correspond parfaitement aux métiers où nous excellons.»L’autre royaume du ski

Deuxième richesse de Fiesch, «son domaine skiable», insiste M. Margelisch: «Le domaine Aletsch Arena est fantastique. Grâce au téléphérique le plus rapide de Suisse, nous avons non seulement accès à Fiescheralp, en-dessus du village, mais nous disposons aussi de liaisons avec Riederalp et Bettmeralp. Sans oublier un ski un peu plus sauvage, dans le Fieschertal. Cette offre fait de nous, comme Crans-Montana, une destination internationale prisée.»

Impossible d’évoquer sur ce royaume de la glisse et du fun sans pointer la proximité de la vallée de Conches, paradis du ski de fond.

 

Un été magique

Tertio, comme son homologue Nicolas Féraud, cosignataire de ce pacte d’amitié, Bruno Margelisch milite pour un tourisme complet, selon lui indispensable au XXIe siècle. «Nous avons appris à faire de la saison verte un allié, poursuit notre interlocuteur. Nos chemins de promenade et de trekking sont innombrables et inoubliables. Le mythique glacier d’Aletsch et le golf de Riederalp sont proches. Et puis surtout, nous avons le plus grand centre sportif des Alpes adapté aux quatre saisons!»

Le mot de la fin du président de Fiesch? «On se ressemble tellement avec Crans-Montana, notamment dans le domaine économique, que ce Pacte d’amitié fait tout son sens!»