14.09.2021Mouvement K Montagne: après un cancer, des femmes marchent durant trois jours pour retrouver confiance en leur corps

mouvement-k-montagne-septembre2021

Elles ont surmonté la maladie et ont participé au projet mouvement-k en montagne du 3 au 5 septembre 2021. Après quatre sorties-rencontres sur des chemins d’altitude et une préparation individuelle, Marianne, Alexandra, Bénédicte, Aude, Caterina et Marylise ont atteint leur défi: trois jours de marche en montagne avec nuitées en cabanes.

Aude Métrailler et Caterina Lauciello partagent ici leur souvenir de cette aventure: «Ce que je retiens de cette expérience, c’est la richesse des échanges, et la fierté d’avoir «remonté la pente», de pouvoir à nouveau faire confiance à mon corps.»

À Crans-Montana, une nouvelle association s’est donné pour objectif de réunir des fonds pour aider les personnes atteintes d’un cancer à financer ces programmes d’activités physiques adaptées: PEAK (voir encadré en fin d’article)

 

«J'ai passé trois jours extraordinaires avec des femmes extraordinaires aussi!»

«Nous voilà partis vendredi 3 septembre des Mayens de Bruson avec un soleil qui nous embrasse et nous réchauffe les cœurs. Cette aventure a enfin lieu, nous toutes sommes tellement impatientes de découvrir ces beaux paysages de montagne qui prennent déjà des couleurs chaudes automnales.

Ce premier jour nous fait grimper pendant quelques heures jusqu'à la Cabane de Mille. C'est une belle découverte et l'effort physique est bon. Je suis tellement impatiente que ça me motive encore plus d'arriver là-haut. Chacune à notre rythme, nous y arrivons. De belles vaches écossaises nous attendent pour nous féliciter de ce parcours long de 9 km avec un dénivelé positif de 875 m.

Le lendemain, un joli lever de soleil nous réveille à travers la fenêtre panoramique de notre dortoir et nous motive pour affronter cette deuxième journée bien plus longue, avec 15 km de marche (837 dénivelé positif et 672 dénivelé négatif).

Le soleil, par contre, s'est vite caché derrière les nuages. C'était mieux comme ça, vu l'effort physique – et aussi mental –  qui nous attendait pour la journée.

Nous avons traversé un paysage fleuri; puis, plus on s'approchait du Glacier de Corbassière à 2674 m, plus la partie minérale se faisait voir.

​Je dois être honnête, la deuxième partie de la marche a été éprouvante et physique, la fatigue commençait à se faire sentir. Mais grâce à l'encouragement des coachs et des autres filles, je suis arrivée à la Cabane de Panossière. Les sourires de nous toutes m’ont aidée à aller plus loin. Je voulais arriver comme une gagnante au glacier! Nous avons partagé tellement de choses, nous avons appris à nous connaître davantage: même durant l'effort, les femmes ça papote!

Le dernier jour frappe à la porte. Un incroyable lever de soleil nous accompagne tout au long de cette marche de 7 km avec (dénivelé positif de 309 m et dénivelé négatif de 850 m). Nous avons tapé fort, avec une jolie montée pour arriver au Col des Avouillons à 2475 m!

En arrivant au sommet, nous admirons le glacier dans toute sa splendeur, même si une partie est dans l’ombre, me faisant penser à la noirceur du début de mon parcours qui a bousculé ma vie et celle de mes proches. Quand nous nous sommes posées pour une petite halte, je me suis souvenue ce cette fin du mois de mai 2020, quand les traitements ont été terminés, mon horizon s’ouvrant sur cette lumière blanche et lumineuse comme la neige que l’on voit au Grand Combin...

En résumé, j'ai passé trois jours extraordinaires avec des femmes extraordinaires aussi et des coachs uniques, tous attentifs et motivants!
Merci à Lætitia d'avoir organisé cette aventure et à la prochaine…»

Caterina Lauciello


Caterina Lauciello.

 


«L’expérience mouvement K montagne m’a donné un objectif pour persévérer»


«Me voilà au sommet du Col des Avouillons au 3e jour de notre randonnée. Au premier plan notre groupe. À ce moment-là, je suis pleine de gratitude pour ces moments partagés et regarde notre «petite troupe» qui profite d’une pause bien méritée. Toutes ces femmes dont la vie a été chamboulée par la maladie et avec qui j’ai eu de magnifiques moments de partage, des échanges très riches. Je repense aussi à ces moments de recueillement personnel durant la montée où, calquée sur mon souffle, je m’encourageais, mais aussi me félicitais. J’étais PRÉSENTE et mon corps (dernièrement malmené par la maladie), me soutenait dans mon effort. J’avançais en confiance.

La lumière est parfaite, le paysage d’une montagne entrant gentiment dans les teintes automnales et le glacier d’un bleu gris profond accompagnent ma réflexion. C’est un moment hors du temps.

«Ce que je retiens de cette expérience, c’est la richesse des échanges entre les participantes mais aussi les accompagnants et aussi la fierté d’avoir «remonté la pente» de pouvoir à nouveau faire confiance à mon corps. Si les séances hebdomadaires d’activité physique adaptée ont été bénéfiques pour moi durant la phase aiguë où les opérations s’enchaînaient, où j’attendais de savoir quelle sera la suite du traitement, l’expérience mouvement K montagne m’a donné un objectif pour persévérer et conserver un certain rythme d’entraînement dans mon quotidien. Cela crée une dynamique.»

Marie-Aude Métrailler

Le plus tôt possible dès l’annonce du diagnostic et durant tout le parcours de soins, mais aussi lors de fatigue pendant une radiothérapie, une chimiothérapie ou immunothérapie (et bien sûr pour installer de bonnes habitudes sur la durée): pratiquer une activité physique adaptée est essentiel! Des programmes spécifiques existent. À Crans-Montana, une nouvelle association s’est donné pour objectif de réunir des fonds pour aider les personnes atteintes d’un cancer à financer ces programmes d’activités physiques adaptées: PEAK (Physical Exercice Against K for Cancer) a été créée en avril 2021. 

Que vous souhaitiez soutenir cette cause ou obtenir des renseignements parce que vous souffrez d’un cancer, consultez les sites internet associationpeak.ch et laetsmove.com (tél. 079 308 73 10).