10.02.2020Inauguration d'une stèle en mémoire du Dr Stephani, devant la maison de sa famille à Crans-Montana

Casa-Aristella-20200205

«Ici a vécu le Dr Théodore Stephani, dit Pyrrhus, médecin genevois, photographe, secrétaire et président de la Société de développement de Montana, fondateur de la station climatérique et touristique de Montana. (…)» La stèle rappelant le rôle de cet homme important pour l’histoire de Crans-Montana a été inaugurée mercredi 5 février.

 

«Il aurait été dommage que les générations futures pensent que le nom "Stephani" ne soit que celui d'un parking de la station...», a déclaré avec humour Nicolas Féraud. Ce 5 février, le président de la commune de Crans-Montana s'est réjoui de l'initiative de la propriétaire actuelle de la maison construite par le Dr Théodore Stephani, pour rendre hommage à cet homme visionnaire qui fut un des pères du tourisme à Montana. «L’hôtel Valaisia, juste au-dessus, était son sanatorium. Ceux qui vont se baigner dans sa piscine d’eau saline savent-ils qu’ils sont dans un établissement construit par un précurseur du tourisme venu de Genève?»

La stèle commémorative inaugurée mercredi passé, visible devant l'entrée de la Casa Aristella (mot inspiré des prénoms des enfants du Dr Stephani), rappelle que de nombreuses personnalités sont passées en ces murs. «C’est une page de notre histoire qui est racontée en quelques lignes sur cette stèle que nous avons le plaisir d’inaugurer aujourd’hui.»

 

L'historienne Sylvie Doriot Galofaro a rappelé, lors de la conférence* qui a précédé l’inaugration de la stèle, qu'on a vu à la Casa Aristella le Maharaja de Patiala, les aventuriers Jacques et Auguste Piccard, les créateurs du personnage de Babar ou encore l’auteure de l’œuvre littéraire «Angélique Marquise des Anges», Anne Golon. Parmi d’autres...


 

* La conférence a été organisée dans le cadre du programme de Swiss Made Culture.

 

Sylvie Doriot Galofaro, en 2009, a reçu de la part de Mme Kradolfer et de Charles Anson un sac rempli de six albums d’anciennes photographies réalisées par le Dr Théodore Stephani. La femme, gouvernante des arrières-petits-enfants du Dr Stephani, avait gardé soigneusement ces photographies alors qu’aucun membre de la famille du médecin n’en voulait. L’historienne comprend immédiatement la richesse et l’importance de cet ancien témoignage de Crans-Montana et en fait le fil rouge de son ouvrage, Une histoire culturelle de Crans-Montana (1896-2016)