05.11.2019Séismes: plusieurs tremblements de terre ressentis dans le Valais central

seismes-etz-20191105-0900

Un tremblement de terre de magnitude 3,4 a secoué le Valais central dans la nuit de lundi à mardi à environ 7 kilomètres au sud-est du col du Sanetsch, au sud du Wildhorn. D’autres secousses ont suivi et ont également été ressenties, notamment jeudi soir à 19 h 35, avec une magnitude d’environ 3,2, près de l’Arpelistock, un sommet situé à la frontière entre les cantons du Valais et de Berne, puis un nouveau tremblement de terre au même endroit a eu lieu à 4 heures du matin.

Les tremblements de terre dans la nuit de lundi à mardi ont réveillé de nombreuses personnes. Rien qu’en provenance de Sion, ce sont plus de 100 personnes qui ont témoigné de leur ressenti sur la page web du Service Sismologique Suisse (SED) à l’ETH de Zurich. «Cependant, il ne faut pas s’attendre à de dégâts pour des séismes de cette magnitude. Entre les deux tremblements de terre et après le second, environ 50 répliques ont été enregistrées jusqu'à présent par les stations du SED, dont quelques-unes perceptibles par la population locale. De tels essaims de séismes sont bien connus pour la Suisse. En général, l’activité sismique s’estompe au fil des jours. En revanche, on peut estimer avec une probabilité de 5 à 10% qu’un séisme plus fort peut se produire dans les prochains jours.»

Le Valais est la région de Suisse la plus active sismiquement, rappelle le SED.

«Les tremblements de terre de la nuit de lundi à mardi se sont produits sur une zone de faille bien connue qui s’étire parallèlement à la vallée du Rhône au sud des Diablerets et du Wildhorn. Le dernier séisme qui y a été ressenti l’a été le 14 janvier 2018. Des secousses plus faibles, non ressenties, s’y produisent quasiment chaque semaine. Le dernier séisme majeur qui a entraîné des dégâts en Suisse s’y est également produit. C’était le 25 janvier 1946. Le séisme de magnitude de 5,8 y avait entraîné des dégâts dans une zone assez étendue.»

Une nouvelle secousse, la plus forte depuis le début de cet épisode, a été ressentie jeudi soir à 19 h 35, d’une magnitude de 3,2. Le SED a enregistré plus de 150 secousses allant de 0,1 à 3,4 de magnitude. Douze d’entre elles ont dépassé 2,5 sur l’échelle de Richter et ont été ressenties par la population. «Le SED continue d’observer l’évolution de la sismicité et reste en contact avec les autorités cantonales du Valais et avec les offices fédéraux compétents.»

Rien ne permet de savoir si les séismes risquent d’augmenter en puissance ou de diminuer. «On ne peut prévoir quel développement nous attend. Il est ainsi toujours possible, même si de moins en moins probable, que d’autres séismes encore plus forts se produisent.»

Le Valais est le canton suisse le plus exposé à un tremblement de terre (suivi par Bâle, les Grisons, la vallée du Rhin saint-galloise, la Suisse centrale et le reste de la Suisse). Les séismes sont, en Suisse, le danger naturel pouvant provoquer le plus de dommages. Les secousses de cette semaine sont donc une bonne occasion de revoir quels sont les comportements à adopter en cas de tremblement de terre.