31.12.2021Croc’Montagne au Scandia: une nouvelle offre à Crans-Montana pour les petits

jelleke-vanooteghem-enfant-unsplash

L’offre pour l’accueil des enfants s’est étoffée avec l’ouverture cet hiver de Croc’Montagne. La nouvelle crèche destinée aux enfants des habitants, des vacanciers et des saisonniers se situe au Scandia, à la rue Centrale 7. La gestion est assurée par la Fondation Fleurs des Champs, qui dispose de 534 places; avec Croc’Montagne, 26 places supplémentaires sont créées (la fondation assure l’accueil de quelques 700 enfants sur l’année).

Jérémy Rausis, directeur de la Fondation, détaille: «Nous pourrons offrir 10 places pour les enfants de 4 mois à 2 ans et 16 pour les 2-5 ans. La crèche pour nos hôtes de passage, aussi bien les touristes que nos travailleurs saisonniers, prendra en charge des petits jusqu’à 8 ans. En dehors de la période touristique, les places vacantes serviront à du dépannage au cas par cas.»

Les locaux sont conçus en deux espaces différents qui communiquent entre eux. L’un est réservé aux tout-petits, l’autre au plus grands. Le passage d’un espace à l’autre s’effectue par la cuisine. Un dépôt à poussettes est prévu, des sanitaires adaptés aux petits, et une salle de soins.

Deux salles de repos de respectivement 8 et 4 places sont prévues, tout comme deux salles de jeux pouvant accueillir 16 et 10 enfants en fonction de leur âge, ainsi qu’une salle à manger équipée d’une paroi coulissante qui permet en cas de besoin, d’agrandir la place de jeux.

Enfin, un petit jardin extérieur permettra aux petits de s’ébattre en toute liberté, sous l’œil vigilant du personnel d’encadrement.

Croc’Montagne a ouvert avant Noël. «Les inscriptions ouvrirons progressivement pour les saisonniers, les touristes puis les indigènes.» Les tarifs pour les résidents seront définis en fonction du revenu des parents (ceux pour les touristes seront plus élevés et fixes). Les Communes de Crans-Montana et Lens sont propriétaires du bâtiment et se partagent les coûts de transformation (500'000 francs).

Article paru dans L’INFO, par Dominique Suter