18.07.2022Transition énergétique: c’est maintenant! Quelques conseils pour réduire sa facture

panneaux_solaires_shutterstock_189889886

Quarante pour cent? Septante pour cent? Davantage encore? Difficile de savoir quelle sera l’augmentation du prix de l’électricité ces prochains mois. Une chose est sûre: la facture sera salée. Pareil pour le gaz et le mazout: le coût des énergies monte en flèche. Deux pistes s’offrent aux particuliers: réduire la consommation d’énergie au quotidien d’une part, prendre le virage du renouvelable d’autre part. Au-delà des factures salées et du risque de pénurie, il y a urgence à atténuer les effets du changement climatique.

 

«Tout le monde peut contribuer à limiter le réchauffement planétaire à 1,5° C», affirme le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), qui lançait en avril un appel pour une profonde transformation de nos sociétés. Alors voici quelques conseils pour chacun chez soi réduire sa facture et pour contribuer à la transition énergétique.

 

Économisons!

  • Avec votre lave-linge, utilisez un minimum de poudre. Et en lavant votre textile à 30°C au lieu de 60°C, vous faites une économie d’énergie de plus de 60 %.
  • Avant d'utiliser le sèche-linge, essorez votre lessive au maximum: l’économie d'énergie lors du séchage peut atteindre jusqu'à 50%.
  • Préférer les lampes économiques dont la consommation est cinq fois moindre que celle d'une lampe à incandescence, et la durée de vie huit fois plus longue.
  • Époussetez régulièrement lampes et armatures, la poussière pouvant entraîner une perte de luminosité de 30%.
  • Lors d'une absence prolongée, débranchez vos appareils électriques: en mode «stand-by», un appareil consomme de l'électricité. Ne laissez pas votre chargeur branché sur la prise lorsque vous ne l’utilisez pas. Videz et débranchez votre frigo durant vos vacances.
  • Arrêtez les plaques de cuisson avant que la préparation ne soit terminée afin de profiter de la chaleur emmagasinée.
  • Utilisez un couvercle lors de la cuisson des aliments (consommation divisée par trois).
  • Laissez refroidir les aliments avant de les mettre dans le réfrigérateur.
  • La bouilloire électrique consomme moins d'énergie que la plaque de cuisson pour une même quantité d'eau portée à ébullition: utilisez la bouilloire puis transvaser l’eau chaude dans la casserole pour cuire vos pâtes.
  • Évitez de placer votre réfrigérateur dans un endroit ensoleillé ou à proximité de sources de chaleur (four, radiateur, cuisinière, poêle à bois).
  • L’eau est à économiser aussi, pour des questions énergétiques: en effet avant d’atteindre le robinet, il a fallu la pomper, la filtrer; une fois évacuée à la station d’épuration, cela nécessite encore de l’énergie! Et chez soi, il faut la chauffer.
  • Un bain consomme entre 100 et 200 litres, alors que se doucher ne nécessite qu'environ 20 litres d'eau. Vaisselle, brossage de dents, douche: pensez à fermer le robinet lorsque vous n'utilisez pas l'eau. Un pommeau de douche économique permet de réduire de moitié environ votre consommation d'eau. Vérifiez qu’aucun robinet ne goutte et remplacez-les si nécessaire.

 

Produisons!

Et si vous produisiez votre propre électricité en posant des panneaux solaires sur votre toit, votre façade, sur l’abri de votre auto?

  • Avant toute chose, pensez à réduire la perte énergétique en isolant votre maison, en commençant par exemple par le toit et les fenêtres. Canton et Commune subventionnent les travaux qui permettent d’isoler votre habitation (le montant peut atteindre 30% de l’investissement initial).
  • La «Stratégie énergétique 2050» de la Confédération exige la rénovation de tous les chauffages à énergie fossile d’ici 2050. Si votre chauffage a dix ans ou plus, vous devriez d’ores et déjà penser à le remplacer. Le programme «Chauffez renouvelable», lancé par SuisseEnergie, vous aide dans cette démarche.
  • Le remplacement du chauffage constitue le moment propice pour effectuer une analyse énergétique de l’ensemble de votre bâtiment. Il vaut ainsi la peine de faire appel à un expert CECB le plus tôt possible afin de pouvoir déterminer et prendre en compte les mesures d’assainissement pertinentes dès la phase de planification.
  • Pompes à chaleur, raccordement à un réseau de chauffage à distance ou panneaux solaires sont des solutions à privilégier au moment où l’on change son système de chauffage.
  • Une installation solaire d’environ 20m2 de surface en toiture couvre 80% des besoins annuels en électricité d’une famille de quatre personnes dans une maison de taille moyenne. Avec 4 m2 de capteurs solaires, on peut couvrir plus de la moitié de la quantité d’eau chaude utilisée par cette même famille.
  • Un seul panneau solaire PV standard de 350 W (dimension 1 m × 1,7 m) produit 400 kWh/an. Cette électricité permet de charger 800 batteries de vélo électrique (500 Wh par batterie) soit de quoi faire 40 000 km en vélo électrique.
  • Le plus simple pour faire de l’eau chaude c’est le solaire thermique: l’eau circule dans un panneau et se chauffe directement avec le rayonnement solaire. Pour une villa une installation de 4 m2  de capteurs vitrés avec boiler 400 L coûte environ 15’000 francs.

 

Le délégué à l’énergie de l’Association des Communes de Crans-Montana, William Ruppen, est là pour répondre à toutes vos questions et vous aider à démarrer vos démarches dans la bonne direction: delegue.energie@cransmontana.ch – 027 486 87 83 – www.cransmontana.ch/energie

 

Subventions pour l’installation de panneaux solaires

Différentes subventions aident les particuliers à financer l’installation de panneaux solaires, notamment celles versées par la Commune de Crans-Montana. Dans le règlement intercommunal et la directive communale qui le complète, on trouve les informations concernant les mesures d’encouragement pour l’utilisation rationnelle de l’énergie.

Voici ce qu’on peut retenir :

  • Toutes les demandes doivent être faites par écrit auprès du service communal avant le début des études et/ou le début des travaux.
  • Concernant les études énergétiques, 60% du coût des études (maximum 5000 francs par étude) et 100% si travaux réalisés (mais toujours 5000 francs maximum.)
  • Concernant les mesures énergétiques, la Commune verse l’équivalent du 50% des subventions accordées par le Canton et/ou la Confédération (mais au maximum 2000 francs pour les privés, 5000.- pour les PPE).
  • Pour les panneaux solaires intégrés (et non rapportés) à la toiture, une subvention communale de 100 francs par m2 est versée en supplément des limites précisées ci-dessus.

Le règlement est à consulter sur le site internet communal et sur demande auprès de l’administration.

Consultez le site www.francsenergie.ch où sont recensées toutes les subventions disponibles par localité. 

«Profitons de ce bouleversement pour changer notre mode de consommation»

«Notre rôle est de prévenir le choc qui va arriver sur les clients avec la hausse des prix des énergies», note le directeur général de OIKEN. Ces jours, le regard de François Fellay, se tourne vers le marché mondial où l’acteur énergétique négocie l’achat d’électricité pour les trois années suivantes, et vers ses clients valaisans à qui il doit garantir l’approvisionnement quelle que soit la situation, dans les meilleures conditions. «Jamais les prix des énergies n’ont été aussi élevés, les hausses sont spectaculaires», reconnaît François Fellay, qui estime pourtant que la situation ne sera pas dramatique pour la plupart des ménages valaisans. En effet, la Suisse est un des pays où la part du budget consacrée à l’électricité ou au gaz est la plus basse. «Ce sera par contre plus compliqué pour les PME, car rien ne se produit sans électricité.»

 

À chacun d’agir

Alors, que faire dans cette situation où les mots pénuries ou black-out ne sont plus tabous ? «Il faut se concentrer sur l’efficience énergétique. Nous sommes là pour aider particuliers, entreprises et collectivités publiques à atteindre l’objectif d’un approvisionnement énergétique 100% local et durable. Chacun, à son niveau, peut réduire sa propre consommation, des gestes simples ont un impact réel.» (voir ci-dessus).

 

Des métiers d’avenir

«Profitons de ce bouleversement pour adopter un mode de consommation plus durable et réduire, en même temps, la facture de l’énergie! Il y a un gros boom économique dans le secteur du renouvelable, or on manque de mains d’œuvre pour atteindre les objectifs de la politique climatique et énergétique. De belles perspectives s’offrent à ces PME, pour autant que l’on redonne ses lettres de noblesse aux formations qui débouchent sur un CFC. Les technologies ont bien progressé, maintenant c’est sur le terrain qu’il faut s’activer, en rénovant nos bâtiments, en passant aux énergies renouvelables.»

Et François Fellay de conclure: «On peut modifier notre mode de vie sans encore altérer notre confort. En revanche, si on ne fait rien, alors notre confort de vie sur cette terre sera durablement altéré.»

 

Ces textes sont parus dans la magazine de la Commune de Crans-Montana «Vue d’Ensemble» N. 10.